ContactPlan du site
      • bandeau N 2 site internet 980x190.jpg
Les billets de la rédaction
      • Billet du
      • 14/12/2016
      • Sortez les bannières et les bottes

              • Capture d ecran 2016 12 14 a 23.38.40.png

             

            En découvrant ce titre un rien grandiloquent, vous pensez certainement que je serai dans quelques lignes le énième journaliste à faire l’éloge voire la dithyrambe ô combien méritée de ce petit village léonard qui a su, depuis 1958, se faire une place dans le monde du sport international... Non ! Je vais faire mieux : rappelez-vous, nous sommes aux lendemains du France 2011 et je vous propose ce retour au Mingant. Mais une chose est certaine, la course 2014 puis la finale du Challenge National devaient aussi nous offrir leur lot de belles histoires et d'anecdotes formidaaaaaaables. Tout comme ce sera le cas en ce début d'année 2017 ! 

            Par ce beau lundi de janvier 2011, à l’heure où Madame Mourey tentait en ronchonnant de dénicher une place dans une penderie déjà surchargée, au moment où Patrick le Her, talentueux successeur, remettait ses bottes pour la énième fois, à l’instant même où Geneviève de Fontenay et la jolie frimousse de Miss Nationale retrouvaient les salons parisiens et un thé blanc à la mandarine, un miracle se produisit à Lanarvily !

            On le sait, chaque année, en un week-end de fête, le grand livre du Mingant s’enrichit de quelques pages supplémentaires et surtout de croustillantes anecdotes «made in Lanarvily et nulle-part ailleurs». Et 2017 ne fera pas exception à la règle...

            Un exemple datant de 2011 ? A l’heure du protocole, Daniel Mangeas annonça que le VTT, vélo premier lot de la sempiternelle tombola était remportée par Jipé M. de Lannilis... Cette annonce a priori anodine déclencha le fou-rire de quelques spectateurs. Et l’on apprit par la suite que Monsieur M. père, n’ayant jamais gagné la moindre queue de cerise à une tombola avait tout de même pris un ticket en y inscrivant le nom de son plus fidèle compagnon. Et c’est ainsi que le rutilant vétété fut remporté par un chien de race encore inconnue en Europe occidentale ! Ce lauréat à puces pouvait donc rentrer à Lannilis à vélo, via quelques ribins indiqués derechef par un grand sorcier à lunettes et cheveux longs... (Des sentiers par ailleurs fort utiles au soir d’un dimanche passé dans la vallée du Mingant !) S’il n’est pas trop cabot, Mourey acceptera d’ailleurs de se mesurer à Jipé : gageons que pour battre le nouveau champion, il éprouvera un mal de chien !

            Voilà pour l’anecdote ! Même si elle est authentique, cette gentille plaisanterie n’est que roupie de sansonnet : je m’égare et vais séance tenante passer à l’essentiel... L’événement qui bouleversa l’académie des sciences, le phénomène qui décontenança le Vatican, la nouvelle concurrence qui incommoda le maire de Lourdes et ses ouailles ! Au lendemain de la course, les bénévoles démontaient, lavaient, astiquaient et rangeaient; ils découvrirent aussi un lot de trousseaux de clefs, de paires de lunettes, de portables, de chupens crottés ou encore de pauvres bottes abandonnées. Mais en cette année 2011, l’un des dévoués travailleurs, face à l’une des buvettes, mit la main sur... un déambulateur !

            OUI, rendez-vous compte ! Ne craignant pas la boue et les trop bonnes rencontres, un homme avait, clopin clopant gagné le Mingant pour se joindre au traditionnel pèlerinage de janvier. Et soudain, grâce à St Jean le vicomte, à St Patrick le nouveau et à Ste Geneviève des sous-bois, ce fidèle avait pu se redresser et s’en retourner en oubliant en plein champ son encombrante béquille ! Voilà donc la rumeur ou plutôt l’histoire -et bientôt la légende- qui court le Léon depuis des années. Certes, je n’ai hélas pas été témoin du prodige mais je me devais de vous en faire part.

            Quant à celui, mécréante mauvaise langue, qui prétend que seule une bien connue boisson anisée très appréciée à Lanarvily serait à l’origine du miracle et du retour à la maison sans le déambulateur, nous ne saurions lui accorder un quelconque crédit !

            Alléluia, allez Francis et surtout allez Jipé !

            Gurvan Musset, pèlerin dévoué 

            PS : ce billet a été écrit en grande partie en 2011... Nous sommes depuis sans nouvelle de Jipé et sa carrière semble stagner.