ContactPlan du site

Les billets de la rédaction
      • Billet du
      • 08/12/2010
      • On veut des bleus !

          • Non, vous ne rêvez pas... Ce titre, je n’en reviens même pas... Jamais, je n‘aurais pensé écrire ces quelques mots aux allures de manifeste. C’est bien la première fois que je pleurniche pour que des gendarmes se postent au bord des routes ! En estafette, en 4L, à béhème voire même en subaru, ON VOUS AIME !

            Ainsi donc, patatra, nos grands pontes parisiens en ont décidé ainsi : le gendarme et le policier deviennent des produits de luxe ! «Gendarme : Militaire relevant du ministère de la Défense, le gendarme assure la protection des personnes et des biens dans les campagnes comme dans les villes.» He ben non... Désormais, le gendarme, tout comme d’ailleurs le policier, «assure la protection des personnes et des biens dans les campagnes comme dans les villes» si on peut se les payer.

            Depuis quelques jours, je découvre dans les journaux des déclarations liées au financement de ce nouveau surcoût... Mais Messieurs les organisateurs, tout cela n’est pas qu’une simple question d’argent : si budget, course... Si Pas de budget, plus de course... Non, c’est bien plus grave que cette équation, plus délicat qu’une addition voire même qu’une multiplication ! On le sait tous, les signaleurs et motards civils, fussent-ils moustachus à l’oeil noir ou de gilets fluos vêtus, ne parviendront jamais à contenir les quelques furieux qui ne daignent même plus ralentir à l’approche d’un circuit ou d’un peloton ! Fort logiquement, les accidents vont se multiplier avec, parfois hélas, des situations dramatiques voire tragiques.

            En ce cas, en matière de cyclisme, d’automobile ou d’athlétisme, croyez-vous sincèrement que l’on puisse encore dénicher des bénévoles assez dingues pour endosser la responsabilité d’organiser une course ? Ils jetteront l’éponge avec raison et nul ne pourra les en blâmer.

            Dieu merci, sportbreizh est là et vous propose tout un arsenal de solutions pour attirer gratuitement les forces de l’ordre... Prenez des notes :

            Incitez votre peloton à rouler à plus de 90km/h hors agglomération. Après quelques dimanches, les gyrophares seront de retour sur vos courses (solution qui demande hélas des efforts conséquents de la part de nos champions / il semblerait que l’apport de certaines viandes à son alimentation puisse permettre au coureur d’améliorer ses vitesses de pointe).

            Pour mobiliser la police ou la gendarmerie, pensez à inviter à chaque fois un grand personnage de l’Etat. Il est certain que les épreuves les plus riches pourront se payer un chef d’Etat voire même -le summum, la panacée absolue !- un Pape. Votre course pourra se dérouler en toute sécurité sans que vous ne deviez sortir le chéquier.

            En tête de caravane, sur une remorque, remplacez Yvette Horner par Mme Carla not’ Présidente. Cela devrait également attirer un certain nombre d’uniformes. En cas de déplacement de Mme Bruni à l’étranger, rabattez-vous sur un M. Hallyday ou à l’extrême limite sur un Doc Gynéco.

            Ouvrez la poubelle et balancez immédiatement vos splendides collections de cassettes d’accordéon et remplacez les par des enregistrements de musique électronique. Ces morceaux dignes des meilleures raves seront diffusés en tête de caravane via une sono ultra giga méga puissante. Cette solution devrait également vous permettre d’attirer gratuitement tout un lot de gendarmes.

            Sur votre course, l’accueil de certaines équipes étrangères permet aussi de s’assurer la présence des forces de l’ordre. Citons par exemple les formations issues du VC Kaboul, de l’équipe nationale du Pakistan ou encore de celles du Yémen, du CC Téhéran ou du VS Tripoli. Mais il va sans dire que le top du top, il nous vient d’ailleurs : en ce moment, il s’avère qu’une équipe composée de champions Roms convient à merveille. Attention, cette dernière solution s’applique uniquement aux épreuves d’un jour. Fort généreusement, au lendemain de cette unique journée de compétition, l’Etat prend également en charge les frais de transport «retour» de votre équipe. Et en avion mar-plij !

            Nous vous engageons également à collaborer avec les différents secteurs économiques ébranlés par la crise. Couplez par exemple une manifestation de producteurs de porcs avec votre course. Là encore, quelques cars de CRS devraient apparaître assez rapidement sur vos routes. En fonction de la localisation géographique de votre organisation, vous pouvez bien entendu adapter votre partenariat : dockers ou métallos à Brest, marin-pêcheurs en Pays Bigouden, légumiers dans le Leon, viticulteur dans la région de Nantes, producteurs de lait dans le Tregor ou en Cornouaille... Pour le Centre-Bretagne, merci de consulter M. Christian Troadec qui dispose d’équipes efficaces et expérimentées.

            Exigez que tous les coureurs portent un maillot Festina et se teignent en blond. Cette solution, il est vrai assez délicate pour les partenaires respectifs des équipes et pour les commissaires, devrait pourtant attirer une multitude de policiers nostalgiques. Cette fois encore, la sécurité de votre épreuve est assurée gratuitement.

            Organisez uniquement des cyclo-cross en ligne ou, à l’extrême limite, des courses qui emprunteront des sentiers de terre. Prière de consulter M. Mellouet Jean-Paul à Lannilis. En bon léonard économe, ce dernier avait déjà senti le vent tourner et avait décidé de lancer son peloton sur des routes où il ne passe jamais un chat.

            Evitez par contre la solution qui consisterait à procéder à une alcoolisation massive de vos coureurs ! S’il est vrai que cette procédure permet de réunir facilement quelques douzaines de gendarmes, elle s’avère dangereuse pour la sécurité de vos champions...


            Bref... Retour au calme... et à une réalité hélas bien moins souriante...

            Décision prise à la hâte par quelques technocrates déracinés ou réelle volonté politique ? Notre cyclisme tel qu’on le connait pourrait-il mourir ? Certes, en de nombreux domaines, une réforme de l’Etat est nécessaire... Mais au prétexte de percevoir quelques subsides supplémentaires, doit-on encore s’en prendre à l’un des plus beaux symboles de notre culture voire même de notre identité nationale ? Adieu à nos belles courses, à nos classiques, à nos doyennes... Le vélo des années futures se nomme BMX ou VTT. Et encore, si l’on peut se payer quelques gardes forestiers.

            Gurvan Musset