• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

 

45 19055206 1138646926239332 61682448191328255 o copie.jpg
Sportbreizh, pour la relance du vélo
OK
Actualités
      • Tour d'Espagne # 18 : Daniele Bennati : «Je suis toujours très fort dans les fins de Grands Tours »

      • Publié le 06/09/2012
          • Voilà plus d'un an, et un succès sur la 20ème étape du Tour d'Espagne 2011, que l'Italien Daniele Bennati n'avait pas levé les bras en course. A Valladolid ce jeudi le sprinter de la RadioShack Nissan remporte la 18ème étape, un succès dédié à son ancien coéquipier Wouter Weylandt.
          • Tour d'Espagne # 18 : Daniele Bennati : «Je suis toujours très fort dans les fins de Grands Tours »
          • Tour d'Espagne # 18 : Daniele Bennati : «Je suis toujours très fort dans les fins de Grands Tours »
          • Tour d'Espagne # 18 : Daniele Bennati : «Je suis toujours très fort dans les fins de Grands Tours »
          • Daniele, vous dédiez cette victoire à votre ancien équipier Wouter Weylandt, tragiquement disparu il y a un an et qui était le dernier à avoir gagné à Valladolid en 2008. Quelle émotion vous procure cette victoire d’étape ?
            C’est une très grande émotion de gagner ici après lui. Nous étions très copains lui et moi, équipiers chez Leopard-Trek et nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Il m’a donné la force aujourd’hui. C’était un sprint très long à la fin d’une étape très rapide, surtout les derniers kilomètres. Je me sentais très fatigué mais tout le monde l’était. La chaleur, la vitesse et les ascensions des derniers jours ont rendu cette étape très exigeante. Cela donne de la valeur à ce que nous avons fait, mes équipiers et moi, aujourd’hui.

            Qu’est ce qui a fait la différence en votre faveur, en comparaison aux précédents sprints remportés par John Degenkolb ?
            Où était Degenkolb aujourd’hui ? Cinquième ? Je ne l’ai pas vu. Chaque sprint est différent. Degenkolb a dominé tout le monde dans les premiers sprints mais je suis convaincu que ses victoires ont été aussi le résultat des fautes commises par ses adversaires. Pour ma part, je suis toujours très fort dans les fins de Grands Tours. En quelques occasions, j’ai gagné la dernière étape du Tour ou de la Vuelta. L’an dernier j’avais gagné à Vitoria le dernier samedi. Je n’avais pas débuté la Vuelta dans ma meilleure condition, c’était la conséquence des quelques pépins de santé que j’ai eus cette année. Cela me semble logique de pouvoir gagner seulement maintenant.

            Un autre vainqueur d’étape ici à Valladolid a été Paolo Bettini. Il est désormais le sélectionneur italien. Il ne vous a pas sélectionné pour le prochain Mondial, cette victoire est-elle un message pour lui ?
            Je n’ai rien à dire. Bettini pense que la course à Valkenburg sera trop dure pour moi mais ce n’est pas vrai. C’est un film que nous voyons depuis plusieurs années. Il n’a jamais voulu de moi dans sa sélection. L’an dernier, à Copenhague, il n’avait pas eu le choix mais il y avait eu des polémiques. Avec tous les coureurs qui n’ont plus le droit de courir pour la Squadra Azzurra je pensais que j’avais ma place… J’ai toujours bien fini les Grands Tours ! Je suis surnommé « la panthère » en partie à cause de la couleur de ma peau mais aussi parce que je peux toujours donner un coup de griffe.

            Remerciements au service de presse du Tour d'Espagne

Rechercher une actualité
Votre recherche
Page spécialeTaper le début du nom de la page spéciale et choisir dans la liste.
Publiée du
Calendrier
Au
Calendrier

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite