• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

Sportbreizh - Le site du vélo en Bretagne - Tout le cyclisme et le cyclotourisme en Bretagne

 

41 Capture d e cran 2018 10 02 a  22.43.17.jpg
Vivez toute la saison de CX !
OK
Allez Poupou !

Gurvan MUSSET

Allez Poupou !

On a envie de le crier une dernière fois : allez Poupou ! La France l'adorait et elle pleure en cette fin d'année son champion préféré... Raymond Poulidor est décédé ce mercredi 13 novembre à l'âge de 83 ans.

 

Notre photo: Poupou en jaune sur le podium du Tour 2019.

 

Ils sont très rares ces champions populaires qui mobilisent encore les foules, si longtemps après la fin de leur carrière ! Qui sont des emblèmes, des symboles... Cherchez les autres exemples et vous n'en trouverez guère. En cette fin d'année 2019, à l'heure où son petit fils brille sur les circuits les plus prestigieux, l'éternel second est parti.

Nous sommes nombreux à l'avoir encouragé et à avoir opté pour le vélo à une époque où les verts de Saint-Etienne nous poussaient vers le foot ! Pour beaucoup, c'est l'un des premiers souvenirs de cyclisme sur la route du Tour. Pour moi, c'était à la fin juin 1974... Trois ans avant la fin de sa carrière, la caravane du Tour était partie de Brest pour rejoindre Saint-Pol-de-Léon. Dans la bosse de Lannédern, les coureurs étaient passés bien trop vite mais, par chance, je n'avais vu que lui : Poupou et son maillot gan. Ce maillot bleu, j'en ai rêvé et -ça semble un peu "couillon"- ce passage de Poupou fut le déclencheur d'une véritable passion !

Poulidor, c'était (c'est et ce sera toujours) un monument du sport français. Et ne dites surtout pas qu'il n'a jamais rien gagné ! Poupou, c'était un titre de champion de France, un Tour d'Espagne, sept étapes sur le Tour de France, quatre sur la Vuelta, sans oublier Milan-San Remo 1961, la Flèche wallonne 1963, Paris-Nice 1972 et 1973, le Critérium du Dauphiné libéré 1966 et 1969, le Grand Prix du Midi libre 1973, le Grand Prix des Nations 1963, le Grand Prix de Lugano 1963 et le Critérium des As 1972. L'éternel second était aussi un sacré vainqueur ! Aujourd'hui, on parlerait hélas de "loser" alors que Poupou n'était pas un perdant. Bref, un "vrai-faux" éternel second souvent malchanceux et battu par plus fort que lui, par les Merckx et Anquetil. Mais tellement populaire !

Dans notre mémoire collective, il restera le Creusois sympa qu'on disait économe voire un peu radin, qui a réussi sa carrière, sans toutefois gagner le Tour, sans même porter le maillot jaune... Le Français à la bonne bouille et à l'accent "comme tout le monde". En fait, les Français se reconnaissaient beaucoup en lui parce qu'il était un peu comme tout le monde ! Et c'est ainsi que s'est forgée une popularité à l'étonnante longévité.

 

Encore un drame !
Le 11/11/2019
Un dramatique accident de la circulation a eu lieu ce lundi dans le Trégor, sur la commune de ...
L'US Vern hors DN
Le 11/11/2019
L'US Vern dames n'évoluera hélas pas en DN en 2020. Le club vient de l'annoncer dans un ...
VDP insatiable !
Le 11/11/2019
Après la victoire de Crispin, la belle journée italienne a continué sous le soleil et nous avons ...
Tony Périou: "ça me titille un peu.."

Tony Périou: "ça me titille un peu.."

Bottes en caoutchouc et boue ont fait leur retour en ce début d’automne et pourtant le monde du cyclo-cross breton ne verra pas son champion de Bretagne élite dans les sous-bois. Vous n'avez pu oublier Tony Périou, celui qui avait endossé le maillot tricolore non loin de chez lui, à Lanarvily en 2017 ! Le champion de Bretagne de cyclo-cross a annoncé en février dernier la fin de sa carrière. En ce début de saison en sous-bois, nous l'avons rencontré, quelques mois après sa décision.

 

Tony, voilà huit mois que vous avez annoncé votre arrêt. La saison de cyclo-cross a donc repris sans vous... Pouvez-vous nous reparler de cette décision ?

             

Cette décision je l’ai prise en février dernier mais j’y pensais déjà durant la saison de CX. J’ai décidé d’arrêter car je ne prenais plus autant de plaisir à aller m’entrainer. Mais c’est surtout le fait que j’avais envie d’évoluer dans mon travail et de profiter de la vie qui m’ont mené à prendre cette décision. Après, il y a eu aussi quelques décisions en fin de saison qui m’ont poussé à arrêter définitivement le cyclisme à ce haut niveau.

             

Comment se sont passés les mois qui ont suivi votre coupure ?

             

J’ai coupé totalement le sport environ deux mois après l’annonce de ma décision. Par la suite, je me suis inscrit dans le club de course à pieds de ma ville (ndlr: La joie de courir à Plabennec). J’ai ainsi commencé à m’y entrainer deux fois par semaine et à faire quelques trails et courses sur route pour le plaisir et pour garder un peu de condition. Je me suis mis plus sérieusement dans mon boulot pour essayer de prendre quelques responsabilités et pour évoluer. Enfin, ma copine et moi avons à présent un projet de construction en tête. En conséquence, plus vraiment de temps pour le vélo !

             

Avec un peu de recul comment définiriez-vous la situation actuelle du cyclo-cross français ?

             

Je pense que la situation est bonne: ça évolue, surtout dans les jeunes catégories. Quand on voit le nombre d’engagés en Coupe de France chez les cadets et les juniors, c’est énorme ! La relève est là. Je vois aussi l’équipe de Steve Chainel comme un exemple du CX en France. Cette dernière montre qu’il y a une volonté d’évolution et c’est beau à voir. Mais si l’on regarde du côté des élites c’est plus compliqué… C’est aussi une des raisons pour laquelle j’ai raccroché le vélo. Je ne voyais aucun avenir ou évolution pour moi… Pour évoluer il aurait fallu que j’arrête mon travail pour aller en Belgique. Mais pour faire des résultats là-bas ce n’est pas simple non plus (rire).


Après un an sans vélo y a-t-il des regrets ?

             

Jusqu’ici non. Je n’avais aucun regret mais en voyant avec le retour de la saison de CX, les photos et résultats des copains sur les réseaux, ça me titille un peu mais c’est normal… C’est ce que j’aimais le plus. Maintenant, j’ai d’autres projets qui m’attendent, donc aucun regret.

             

Envisagez-vous un retour au cyclisme ? Et pourquoi pas en tant qu’encadrant ?

             

Je reste licencié au VCP Loudéac où je prendrai une licence pour la saison 2020. Ce sera l’occasion pour moi de m’aligner sur quelques courses en 2ème catégorie quand j’en aurai le temps et l’envie. J’espère surtout pouvoir participer à l’étape du Tour en juillet prochain avec des copains !

 

Texte Fanny Abiven / Photo Gus Sev

             

 

Un maillot jaune (très) en difficulté, des crevaisons, de la poussière, la mer et des équipes à la planche... Voilà de quoi vous mettre l'eau à la ...
Retour à Silvelle en Italie, non loin de Venise, pour revivre la victoire de Mickaël Crispin : le Finistérien est champion d'Europe de cyclo-cross ...
Abonnés

nov.

16

Cohiniac (22)

Cyclo-cross Cohiniac

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3

nov.

16

Le Pertre (35)

Cyclo-cross Le Pertre

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3

nov.

17

Vern-sur-Seiche (35)

Cyclo-cross Vern-sur-Seiche

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3
La Sportbreizh - Trophée France Bleu ...
La Sportbreizh - Trophée France Bleu ...
La Sportbreizh - Trophée France Bleu ...
EXCLU SPORTBREIZH - La fabuleuse ...
Dernier retour à Quelneuc
Vital Concept Cycling Club: la soirée ...
Vern-sur-Seiche: les hermines pour Boulo
Championnats de Bretagne de ...
2017: l'émission spéciale "la ...
2015: l'émission spéciale "la ...

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite