• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

Sportbreizh - Le site du vélo en Bretagne - Tout le cyclisme et le cyclotourisme en Bretagne

 

41 Capture d e cran 2018 10 02 a  22.43.17.jpg
Vivez toute la saison de CX !
OK
Allez Poupou !

Gurvan MUSSET

Allez Poupou !

On a envie de le crier une dernière fois : allez Poupou ! La France l'adorait et elle pleure en cette fin d'année son champion préféré... Raymond Poulidor est décédé ce mercredi 13 novembre à l'âge de 83 ans.

 

Notre photo: Poupou en jaune sur le podium du Tour 2019.

 

Ils sont très rares ces champions populaires qui mobilisent encore les foules, si longtemps après la fin de leur carrière ! Qui sont des emblèmes, des symboles... Cherchez les autres exemples et vous n'en trouverez guère. En cette fin d'année 2019, à l'heure où son petit fils brille sur les circuits les plus prestigieux, l'éternel second est parti.

Nous sommes nombreux à l'avoir encouragé et à avoir opté pour le vélo à une époque où les verts de Saint-Etienne nous poussaient vers le foot ! Pour beaucoup, c'est l'un des premiers souvenirs de cyclisme sur la route du Tour. Pour moi, c'était à la fin juin 1974... Trois ans avant la fin de sa carrière, la caravane du Tour était partie de Brest pour rejoindre Saint-Pol-de-Léon. Dans la bosse de Lannédern, les coureurs étaient passés bien trop vite mais, par chance, je n'avais vu que lui : Poupou et son maillot gan. Ce maillot bleu, j'en ai rêvé et -ça semble un peu "couillon"- ce passage de Poupou fut le déclencheur d'une véritable passion !

Poulidor, c'était (c'est et ce sera toujours) un monument du sport français. Et ne dites surtout pas qu'il n'a jamais rien gagné ! Poupou, c'était un titre de champion de France, un Tour d'Espagne, sept étapes sur le Tour de France, quatre sur la Vuelta, sans oublier Milan-San Remo 1961, la Flèche wallonne 1963, Paris-Nice 1972 et 1973, le Critérium du Dauphiné libéré 1966 et 1969, le Grand Prix du Midi libre 1973, le Grand Prix des Nations 1963, le Grand Prix de Lugano 1963 et le Critérium des As 1972. L'éternel second était aussi un sacré vainqueur ! Aujourd'hui, on parlerait hélas de "loser" alors que Poupou n'était pas un perdant. Bref, un "vrai-faux" éternel second souvent malchanceux et battu par plus fort que lui, par les Merckx et Anquetil. Mais tellement populaire !

Dans notre mémoire collective, il restera le Creusois sympa qu'on disait économe voire un peu radin, qui a réussi sa carrière, sans toutefois gagner le Tour, sans même porter le maillot jaune... Le Français à la bonne bouille et à l'accent "comme tout le monde". En fait, les Français se reconnaissaient beaucoup en lui parce qu'il était un peu comme tout le monde ! Et c'est ainsi que s'est forgée une popularité à l'étonnante longévité.

 

La dernière de Vachon

La dernière de Vachon

C'est l'un des coureurs les plus sympathiques du peloton ! Capitaine de route de l’équipe Arkéa-Samsic, Florian Vachon disputera en 2020 sa dernière saison en qualité de coureur cycliste professionnel. Rencontre avec le Montluçonnais qui porte les couleurs de l’équipe depuis une belle décennie.

 

 

Pour votre ultime saison chez les professionnels, Florian, votre programme de courses de début de saison comporte-t-il des nouveautés

« Il y aura le Saudi Tour, en Arabie Saoudite, avec un soutien logistique de la part d’ASO, forcément, puisque c’est une épreuve nouvellement inscrite au calendrier des épreuves cyclistes professionnelles. L’Italie aussi pourrait-être une nouveauté, mais là sur le plan individuel, comme collectif pour Arkea-Samsic, puisque c’est la première fois de notre histoire que nous pourrions être amenés à participer à Tirreno-Adriatico et à Milan-San-Remo »

Vous avez envie qu’elle possède quelle saveur cette saison 2020, Florian ?

« Je me la souhaite pleine de tout: en émotion, en résultats forcément aussi. A l’image de mes treize ans de vélo que j’ai fait chez les professionnels. Je souhaite surtout ne pas nourrir le moindre regret lorsque je vais tourner la page de cette belle aventure que j’ai pu vivre en qualité de coureur cycliste professionnel, quand la fin de saison 2020 aura sonné . Quelle soit remplie de toute ce qui m’habite à faire ce fabuleux métier avec la même passion depuis mes débuts en carrière ».

Une carrière est faite de grands moments, quels ont été les plus beaux que vous avez pu vivre jusqu’à maintenant ?

« J’espère que les plus beaux ne sont pas encore écrits à titre collectif, et que je vais vivre cette année avec l’effectif 2020 de Arkea-Samsic des instants qui vont me transporter. Maintenant à titre individuel, il y a eu toutes mes victoires acquises chez les professionnels. Elles sont toutes inscrites dans mon esprit. Le premier Tour de France auquel a participé l’équipe me restera à vie en mémoire, car nous étions en quelque sorte une « bande de jeunes insouciants » On découvrait un monument du sport planétaire, mais nous n’étions pas pour autant impressionné, ou écrasé par le poids de celui-ci. Nous avons au contraire foncé, croqué à fond dans la course, et nous avons effectué un très beau Tour cette année-là. Cette grande aventure humaine me restera à vie ».

Il y en a d’autres ?

« Oui. Le titre de Champion de France 2019 obtenu par Warren Barguil à la Haie-Fouassière ! Cela a été une victoire collective, nous avons été nombreux à mettre notre pierre à l’élaboration de cet édifice,; même si c’est Warren qui a conclu, au final. Avoir la joie de savourer, partager un titre de Champion de France professionnel au sein de l’équipe Arkea-Samsic, c’est énorme. Fort. J’avoue que si je n’avais pas eu la chance de connaître un tel moment au cours de ma carrière, cela aurait engendré un peu de frustration au moment de raccrocher. Alors que là ce souvenir va demeurer impérissable ».

 

 

Pour vous, Florian, être le capitaine de route de l’équipe cela représente quoi ?

« Je suis un peu mal placé pour répondre à cette question, c’est à mes coéquipiers de dire comment ils me voient ! Moi je sais que je n’hésite pas à aller vers les autres, à donner des conseils aux plus jeunes, que ce soient des coureurs encore néo-pros ou déjà confirmés comme Clément Russo ou Elie Gesbert. J’essaye de leur apporter la « bonne parole ». J’essaye de rester calme, de prendre du recul dans de nombreuses situations, et surtout apporter de la bienveillance. Je ne suis pas en concurrence directe avec eux, et si je leur confère des conseils c’est juste pour leur bien dans le but de les aider dans leur progression ».

Le fait que l’équipe continue à se renforcer avec de nouveaux leaders qui ont une dimension internationale, cela vous inspire quoi, vous coureur d’expérience ?

« Nous avions déjà Warren Barguil comme grand leader, et là effectivement, l’équipe s’est encore davantage renforcée avec Nairo Quintana, Nacer Bouhanni, Diego Rosa. J’ai vu l’équipe depuis dix ans monter d’un cran chaque année, parfois de deux en même temps certaines saisons. Il y a un chef d’orchestre, c’est le manager général, Emmanuel Hubert. Il impulse le tempo, et cette année il a été fort dès l’inter-saison. Emmanuel a de grandes ambitions, et il les met en oeuvre. L’équipe évolue, progresse. C’est une très bonne chose. Le cyclisme moderne a changé. Il convient sans cesse de rehausser son niveau si on veut rester compétitif. Emmanuel Hubert l’a compris, et met tout en oeuvre pour que notre équipe devienne de plus en plus forte. Il est rentré dans cette logique et ses ambitions qui croissent se mesurent chaque année avec le recrutement effectué d’une saison sur l’autre ».

Quelles courses aimeriez-vous disputer pour votre dernière année ?

« J’ai toujours rêvé de courir Liège-Bastogne-Liège, car c’est la classique qui m’a fait aimer le cyclisme quand j’étais plus jeune. J’aimerais aussi que l’équipe dispute la Vuelta en fin de saison, que l’on soit invité sur ce Grand Tour. J’ai envie de découvrir cette épreuve, après avoir disputé six fois le Tour de France au cours de ma carrière. Arkea-Samsic peut aligner en plus une très belle équipe sur cette compétition, de surcroît ».

 


Son programme prévisionnel

 

Saudi Tour, Arabie saoudite (4 au 8 février)
Tour d’Oman, Sultanat d’Oman (11 au 16 février)
Kuurne-Bruxelles-Kuurne, Belgique, (1er mars)
Tirreno-Adriatico, Italie, (11 au 17 mars)*
Milan-San-Remo, Italie,  (21 mars)*
Roue Tourangelle, France, (5 avril)
Paris-Camembert, France (14 avril)
Tro Bro Leon, BZH / France,  (19 avril)

 

Source Arkéa Samsic

Un maillot jaune (très) en difficulté, des crevaisons, de la poussière, la mer et des équipes à la planche... Voilà de quoi vous mettre l'eau à la ...
Retour à Silvelle en Italie, non loin de Venise, pour revivre la victoire de Mickaël Crispin : le Finistérien est champion d'Europe de cyclo-cross ...
Abonnés

déc.

28

Pont-Scorff (56)

Cyclo-cross Pont-Scorff

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3

déc.

29

Camors (56)

Cyclo-cross de Camors

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3

janv.

5

La Chapelle-Neuve (56)

Cyclo-cross La chapelle-neuve

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3

janv.

12

Langon (35)

Cyclo-cross Langon

Type : En circuit
Catégorie(s) : Cadets, Dames, Ecoles de cyclisme, Juniors, Minimes, S1, S2, S3
La Sportbreizh - Trophée France Bleu ...
La Sportbreizh - Trophée France Bleu ...
La Sportbreizh - Trophée France Bleu ...
EXCLU SPORTBREIZH - La fabuleuse ...
Dernier retour à Quelneuc
Vital Concept Cycling Club: la soirée ...
Vern-sur-Seiche: les hermines pour Boulo
Championnats de Bretagne de ...
2017: l'émission spéciale "la ...
2015: l'émission spéciale "la ...

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite