• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

 

61 Capture d ecran 2019 08 10 a 12.26.44.jpg
Un été cycliste en Bretagne
OK
Actualités
          • Malgré un début d'étape marqué par une chute sans gravité et une crevaison, Warren Barguil (Arkea Samsic) a répondu présent. Le champion de France a attaqué dans la dernière ascension de la sixième étape du Tour de France menant à La Planche des Belles Filles. Longtemps soutenu par Elie Gesbert, le champion de France a contribué à durcir la course et s’est rassuré dans l’attente de terrains lui convenant mieux. Cette étape a également été marquée par la belle échappée d’André Greipel.
          • Barguil a tenté
          •  


            Warren Barguil :
             
            « Ce n’était pas la journée idéale... Au moment où je prends un bidon dans la deuxième ascension, un coureur tombe devant moi. Avec une seule main sur le guidon, je n’ai pas pu freiner. Je chute, sans gravité, mais je dois faire un premier effort avec mes équipiers pour revenir dans le peloton. Ensuite, j’ai un problème avec ma roue avant, Florian Vachon me donne la sienne et c’est reparti pour une chasse derrière le peloton. Les gars ont été au top. Kevin Ledanois et Anthony Delaplace m’ont vraiment bien placé au pied de l’avant-dernière difficulté.

            Ensuite, Elie Gesbert a fait un gros travail au pied de la dernière ascension. J’ai attaqué à 3,5 kilomètres de l'arrivée, j’ai peut-être été un peu trop euphorique mais je voulais me faire plaisir. C’est comme ça que je conçois le vélo. J’ai d’abord fait le boomerang mais ensuite j’ai réussi à garder un bon rythme. Dans les 500 derniers mètres j’ai vraiment tout donné. C’était une belle étape, ce soir je suis content d’avoir retrouver un bon niveau. »

             

            Yvon Ledanois - directeur sportif :

            « Warren Barguil a besoin d’attaquer,rappelle Yvon. Dans cette dernière ascension, Valverde (Movistar) a longtemps roulé avant de s’écarter et personne n’a maintenu le rythme ensuite. Valverde est revenu pour assurer un faux train et Warren s’est dit qu’il pouvait y aller. Il a eu raison. Landa (Movistar) l’a vite repris et derrière le Team Ineos a vraiment accéléré et ça a fait mal. Il y a quelques leaders qui ont été mis en difficulté.

            Notre leader voulait se rassurer, même dans ce col qui ne lui convient pas trop, lui préfère les pentes bien plus longues. Sur le plan de l’équipe ce soir, il y a des satisfactions, tant en terme de comportement que de résultat. On peut toujours dire que ça peut être mieux mais ce n’est pas mal. Demain ce sera un sprint à Châlon-sur-Saone et pour les sprinteurs, il n’y aura plus 50 occasions. »
             

Rechercher une actualité
Votre recherche
Page spécialeTaper le début du nom de la page spéciale et choisir dans la liste.
Publiée du
Calendrier
Au
Calendrier

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite