• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

 

61 Capture d ecran 2019 08 10 a 12.26.44.jpg
Un été cycliste en Bretagne
OK
Actualités
          • Nous l’avions rencontré la veille de la Sportbreizh. Erwann nous avouait son impatience quant à sa première arrivée en haut de Brasparts.
          • Erwann Guenneugues : contrat rempli en haut de Brasparts
          •  

            Une cinquième place satisfaisante ? plutôt oui pour ce petit nouveau de la Sportbreizh. Mais cette cinquième place s’impose surtout comme l’épilogue d’un long périple finistérien à travers les routes séparant Carhaix de Brasparts. Et cette longue et dure traversée commençait pour Guenneugues par une échappée des premières heures « Nous avons réussi à sortir après Châteauneuf du Faou. En fait un groupe de cinq gars est sorti, j’ai suivi puis nous nous sommes fait reprendre par des coureurs tels que Alexis Renard ou encore Fréderic Guillemot. On s’est assez vite tous bien entendu et sommes rentrés sur le groupe de devant composé initialement de 6 coureurs. » Cette échappée ira ainsi jusqu’au bout. Loin d’être impressionné par ses compères du jour, Erwann avoue le sourire aux lèvres un sentiment de satisfaction : « Quand je me retrouve avec ces gars-là je me dis « ok il y a du beau monde » et que si je suis toujours là c’est que j’ai le niveau ». Mais les kilomètres passent et l’heure est à l’observation « à ce moment nous voyons Guillemot très à l’aise dans les bosses » détaille ce dernier.

             

             

            C’était sous les faibles températures de février que l’ensemble du Team crêpe de Brocéliande avait reconnu Brasparts. « Le dernier kilomètre je le connaissais bien, on sait que ça compte de virer dans les premiers au virage, pour autant il y a quand même moyen de s’écrouler après le virage même si on est passé en tête. Avant le pied de Brasparts un gars de Nantes (Joris Vincent) est sorti en costaud, mais sinon je pense que tout le monde à part lui savait qu’à Brasparts il ne faut pas démarrer trop tôt ». L’expérience, la maturité auront ici fait la différence, le punch aussi. C’est ce léger manque de punch que Erwann regrette « je savais que je n’avais plus le punch nécessaire à faire des changements de rythmes. Depuis ma chute c’est parfois plus compliqué sur ce point ».  De son récit il restera cette bonne note d’une belle 5ème place : « Content d’avoir été à l’avant. Brasparts c’est vraiment quelque chose. C’est mythique !».

             

            NDLR : Erwann mesure 1m95 et non pas 1m90 (voir précédent papier).

             

          • Brasparts ( 29 )
Rechercher une actualité
Votre recherche
Page spécialeTaper le début du nom de la page spéciale et choisir dans la liste.
Publiée du
Calendrier
Au
Calendrier
Annonces

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite