• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

 

41 Capture d e cran 2018 10 02 a  22.43.17.jpg
Suivez la saison de cyclo-cross sur sportbreizh
OK
Actualités
      • La rétro Sportbreizh : Le Gac n'oubliera pas 2018

      • Publié le 01/12/2018
          • Tous les jours de ce mois de décembre, vous retrouverez sur notre site les souvenirs 2018 d'un acteur du cyclisme en Bretagne. Démarrons la rétro de Sportbreizh par un jeune pro : Dimanche 13 mai, Olivier Le Gac ouvre son compteur aux Quatre Jours de Dunkerque. Et ce n'est pas tout... Quelle année !
          • La rétro Sportbreizh : Le Gac n'oubliera pas 2018
          • Notre photo: à la fin octobre, Olivier (à droite) était encore sur le vélo, sur le  Tour du Guangxi, au sud de La Chine, à la frontière du Vietnam.

             

            Sportivement, ce qu’il faut retenir de la saison 2018 de l’équipier d’Arnaud Démare, c’est sa première victoire chez les professionnels obtenue dans la course des Hauts-de-France au mois de mai. Emotionnellement, il n’y a pas photo. C'est le passage du peloton du Tour de France (et lui dedans !) à Plouvien, sa commune natale.

             

            « Un évènement particulier dans une carrière, le genre de truc dont tu vas te rappeler toute ta vie. »

             

            La saison 2018 est déjà rangée dans la boîte à souvenirs. Mais quels souvenirs ! Lundi 19 novembre, sur les coups de midi, Olivier Le Gac descend de vélo : « ça piquait, surtout en haut des bosses ». Il n’a pourtant fait qu’une sortie de 1h30. Le coureur de Groupama-FDJ vient d’en finir avec son premier entrainement après pratiquement quatre semaines de coupure. Il va falloir mettre rapidement en route, le Finistérien doit dans quelques jours se rendre au premier stage de l’équipe, programmé à partir du 1er décembre.

             

            Moment incroyable

             

            Pour Sportbreizh, le coureur plouviennois, qui a franchi le pont de Plougastel pour s’installer cet été à Daoulas, ouvre bien volontiers cette boîte de souvenirs 2018. Et s’il fallait en choisir un, entre le dimanche 13 mai et le jeudi 12 juillet, son cœur balance.

            Comprenez ! Le 13 mai, il remporte la dernière étape des Quatre jours de Dunkerque (notre photo ci-dessous). Le 12 juillet, le jour de la Saint-Olivier, il traverse Plouvien au sein du peloton du Tour de France lors de l’étape Brest - Mur-de-Bretagne : « Entre ces deux évènements, je choisirais quand même le passage du Tour à Plouvien, tant je fus submergé par l’émotion. Un moment incroyable par l’engouement provoqué par le Tour dans ma commune, mais aussi tout au long de l’étape. Un évènement particulier dans une carrière, le genre de truc dont tu vas te rappeler toute ta vie », analyse-t-il, six mois plus tard.

            Le coureur finistérien a en effet eu droit, comme c’est l’usage, à un petit bon de sortie pour embrasser Denise et Denis, ses parents, pour faire un petit salut au comité d’accueil concocté par les habitants de sa commune natale. Même les cloches de l’église lui ont fait la fête, couvrant le bruit assourdissant de l’hélicoptère de la retransmission télévisée.

             

            Travail collectif

             

            Maintenant, sa victoire deux mois plus tôt à Dunkerque constitue aussi un moment important dans une carrière de coureur. Une première victoire chez les professionnels, un compteur qui se débloque. C’était écrit qu’un jour Olivier le Gac franchirait la ligne d’arrivée d’une course pro en tête, mais après déjà quatre saisons pleines parmi l’élite, le Finistérien ne trouvait pas l’ouverture : « C’est sûr, ça rend heureux de gagner. Mais les succès d’Arnaud (Démare) après le travail collectif que nous accomplissons pour le mettre dans les meilleures conditions pour les sprints, ce sont aussi de très grandes satisfactions. »

             

             

            Au tout début février, Olivier répondra à un deuxième rendez-vous de l’équipe en Algarve, puis s’alignera sans doute sur Paris-Nice avant de mettre le cap sur la Belgique et les classiques flandriennes. Tout cela arrivera bien vite, avant d’enchaîner plus tard dans la saison sur un grand tour, vraisemblablement le Giro ou en fin de saison la Vuelta plutôt que le Tour de France, en raison de la participation annoncée de Thibault Pinot au rendez-vous de juillet. Le leader de Groupama-FDJ sur les grands tours aura besoin des grimpeurs de l’équipe à ses côtés.

            Mais comme dit le dicton, l’appétit vient en mangeant. Une première victoire en 2018 en appelle automatiquement d’autres dans le futur. Olivier Le Gac n’en fait cependant pas une fixation : « mon job, c’est avant tout d’être équipier au sein du groupe « classiques » de l’équipe et ma victoire à Dunkerque ne va pas changer grand-chose à mon statut ». Mais quand même, il y aura bien des occasions. Une victoire, ça fait tellement du bien qu’on voudrait remettre une tournée, non ? Et là, la conclusion d'Olivier est claire, précise et rapide : «Ouais, peut-être une Coupe de France alors…comme le Tro Bro Leon.» On l’aurait parié !

             

            Albert LE ROUX

             

Rechercher une actualité
Votre recherche
Page spécialeTaper le début du nom de la page spéciale et choisir dans la liste.
Publiée du
Calendrier
Au
Calendrier
Annonces

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite