• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

 

41 Capture d e cran 2018 10 02 a  22.43.17.jpg
Vivez toute la saison de CX !
OK
Billets
          • Gurvan Musset
          • Gurvan Musset
          • Le 25/09/2018
          • Le blues du bénévole

          • Le blues du bénévole
          • Cette fois, la scène se déroule non loin de Fougères, à l'occasion d'une belle épreuve régionale. C'est un bénévole tremblant qui nous arrête et nous demande un crayon et un bout de papier... Le quinquagénaire vient de se faire agresser et il tente d'écrire le numéro d'immatriculation de la voiture conduite par un énergumène. L’ irascible est un retraité qui ne voulait pas obtempérer et suivre les sages instructions d’un bénévole poli qui voulait juste lui éviter de shooter une centaine de sportifs et de passer le reste de ses jours en cabane…

            Le signaleur tentait d’expliquer au Fangio dégarni qu’un peloton de coureurs énervés en quête de bouquet n’allait pas tarder à se pointer et qu’il semblait peu judicieux, sur cette route étroite, de lancer sa Twingo à vive allure face aux sportifs. Papy ne voulait pas en démordre et mamie était même sortie de sa voiture pour exprimer sa colère ! En cette belle matinée de ce joli dimanche de septembre, la grand-mère ne comprenait pas qu’on ose lui imposer un détour de quelques kilomètres pour rejoindre la boulangerie du bourg où l’attendait désespérément le tout dernier moka à la crème de la boutique ! Mon bon môssieur, ça fait 43 ans que ça dure et ce ne sont pas des sportifs juchés sur des vélos fluos qui vont la priver de sa pâtisserie dominicale.

            Mais ce n’est hélas qu’un exemple parmi tant d’autres. Forts d’expériences au coeur d’un carrefour et après de (trop) nombreux vins d’honneur d’après course, lançons-nous dans l’élaboration d’un listing. Mesdames et Messieurs, voici le TOP 10 de l’emmer…. de circuit:

            1. Le voyageur

            C’est incroyable le nombre de gens qui ont un train, un bateau, une fusée ou un avion à prendre le jour des courses ! Le hasard fait quand même mal les choses: tout le monde part en voyage quand le carrefour est bloqué… Et ils doivent passer ab-so-lu-ment !

            2. Le travailleur

            Au volant de sa grosse berline, il n’y a que lui qui bosse ! Il est pressé, même le dimanche, car il travaille et ne comprend pas qu’on puisse ralentir sa progression vers la conquête d’une énième Rolex. Généralement, il réalise un demi-tour brutal et laisse une bonne couche de gomme en s’éloignant à regret du carrefour bloqué « par ces cons de cyclistes ».

            3. Le condamné

            Il voudrait bien mais il ne peut point ! Il ne peut hélas patienter et il doit passer car il a un rendez-vous ! Urgent, essentiel, vital ! A l’écouter, le sort du Monde en dépend… Le signaleur est donc condamné à lui ouvrir le passage pour lui permettre d’honorer son rendez-vous. En grattant un peu, vous découvrirez alors que ce retraité est attendu chez Raymond, coiffeur pour hommes ou au Vincennes pour placer Joli-Coeur dans la 5ème à Longchamps.

            4. Le pétochard

            Généralement, il s’arrête 30 mètres avant le carrefour car tous ces mecs en gilet fluo lui font l’effet de martiens en pleine conquête terrienne. Enfin, il ose approcher et va peut-être baisser sa vitre… Après de longues minutes de négociations, il déglutit, remonte sa vitre, remet sa ceinture, règle pour la 12.434ème fois son rétro: il va y aller, il va accélérer, il va se lancer, il va passer ! Et juste à l’instant où il commence enfin à bouger, la voiture ouvreuse survient et c’est la panique à bord entre les cris, les coups de sifflets et les klaxons…

            5. L’extra-terrestre

            Même si tous les journaux, toutes les télés, les radios, sportbreizh.com et le bulletin communal vous rabattent les oreilles avec la course depuis des mois, même si tout le monde sait qu’il est préférable d’éviter les abords du circuit, l’extra-terrestre l’ignore. Il n’est pas informé et c’est une honte: mais que fait la Mairie ? Comme s’il revenait de six mois de congés sur Jupiter.

            6. La mère de famille

            Oulaaaaaa… Elle, elle n’est pas commode ! Ce n’est pas la mère de famille prévoyante, celle qui a quitté le domicile à l’heure et qui vous accueille avec le sourire au volant de sa Picasso… Non, celle-là, c’est la stressée du matin, la retardataire angoissée, l’anxieuse dépassée par les événements. La course va briser son élan, provoquer une nouveau retard à l’école.

            7. Le catcheur

            Espèce (hélas) en voie d’apparition. Il est prêt à tout pour passer, il s’en fiche, il s’en fout, il s’en tape. De tout et surtout des autres. L’homme (car rares sont les femmes dans cette catégorie prestigieuse) n’hésite pas à sortir, à menacer et à bomber le torse. Le signaleur expérimenté saura l’ignorer et le laisser retomber en température. Par contre, le jeune bénévole pourra hélas être tenté de balancer à ce rustre quelques tartes aux doigts ou de lui bourrer le pif… Heureusement, un collègue plus ancien le ramènera à la raison avant le pugilat.

            8. Le connaisseur

            Il est père de coureur benjamin, tonton d’un champion départemental de Dordogne, coursier des seventies ou vague cousin d’un ancien pro lituanien… Lui aussi, il est pénible ! Il connait le vélo et va donc se permettre de donner une bonne douzaine de conseils aux signaleurs du carrefour. Il sait tout et il a tout vu, il est adepte du « si j’étais à vot’ place.. » ! Il ne vient pas pour bosser mais pour passer. Et comme il fait partie de la grande famille du vélo, il ne comprend pas qu’on ne l’autorise pas à franchir immédiatement le barrage !

            9. Le déloyal

            Ce petit bonhomme s’arrête et vous écoute à peine… Il patiente en tapotant nerveusement son volant… En fait, un faux cool ! A l’instant même où le bénévole lui ouvre la route, il accélère et balance au passage quelques noms d’oiseaux en remontant sa vitre.

            10. Le proprio

            La route est à lui et rien qu’à lui: elle lui appartient depuis des décennies comme elle appartenait auparavant à son père et à son grand-père. Le signaleur local saura le remettre à sa place avec le sourire ! Par contre, le bénévole importé devra se méfier de celui qui a visiblement payé la construction de la route de sa poche.

             

            Finalement, tout est dit dans l'expression utilisée par le bénévole: le signaleur doit tenir un carrefour. Et c'est vrai que, comme le militaire qui doit tenir une position, l'homme et/ou la femme au gilet fluo doivent tenir bon, ne pas fléchir face à des automobilistes de plus en plus intransigeants. Un peu de patience, beaucoup de courtoisie et de larges sourires: voilà le cocktail qui devrait permettre de vider peu à peu les catégories de ce top 10.

             

            GM

             

             

            La circulaire du 13 mars 2018 rappelle que "les signaleurs ne disposent pas de pouvoirs de police à l'égard des usagers qui ne respecteraient pas la priorité mais le non-respect de leurs indications relatives aux restrictions de circulation imposées pour le passage de la course est sanctionné par une contravention de la quatrième classe". Il faut toutefois apporter des preuves de l'infraction (photos, témoignages concordants).

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite