• Votre courriel
    Votre mot de passe
  • Partager sur

 

70 090521 TW 072  Gus Sev.jpg
Bientôt la reprise !
OK
Billets
          • Le 11/11/2016
          • Finistère: noir, si noir ?

          • Finistère: noir, si noir ?
          •  

            On parle beaucoup du cyclisme finistérien ces dernières semaines... Les problèmes de gestion du Brest Iroise Cyclisme qui ont poussé la DN1 du club à jeter l'éponge ont considérablement ébranlé le Finistère du vélo. Paradoxalement, c'est à l'issue d'une saison de toute beauté que l'équipe fanion du vélo finistérien disparait. Ensuite, après huit années consacrées au vélo, Jo Salaün a décidé de prendre du recul. Le Président du Comité Départemental de Cyclisme est visiblement las et on peut le comprendre... Les relations difficiles -dixit Jo Salaün- avec le Comité Régional et la gestion d'un CD tellement riche en clubs et en organisations peuvent certainement engendrer un lot de tensions et de nuits sans sommeil. Certains ne manqueront évidemment pas de critiquer le Président sortant... Il convient avant tout de saluer Jo et son équipe: à une époque où le bénévolat est en crise, il fallait oser s'impliquer de la sorte pendant de si longues années. Ce sont souvent ceux qui sont dans la lumière qui prennent les coups...

            Espérons tout d'abord que ces deux événements totalement distincts vont engendrer une sorte d'électrochoc. Il est clair que le Finistère ne compte plus aujourd'hui d'équipe de division nationale. Et il est également évident que les S1 ne vont pas courir les rues finistériennes ! Mais résumer le Finistère du vélo à cela serait un peu rapide voire totalement subjectif. Comme le mentionne notre camarade Jérôme Le Gall dans les colonnes du Télégramme, "la vitrine est si belle"; en effet, le département le plus occidental ne manque pas d'épreuves de haut voire de très haut niveau. Le peloton professionnel compte aussi de nombreux éléments formés ou installés dans le 29. Et ce n'est pas tout...

            Aujourd'hui, il faut effectivement se battre pour remettre quelques articles qui font défaut dans cette si belle vitrine. Mais vous admettrez tout de même avec moi que la boutique n'est pas vide ! Des clubs finistériens font un travail de grande qualité, souvent dans l'ombre. On pense à St Renan, à Quimperlé, à Bourg-Blanc, à Châteaulin... On pense aussi aux (quasiment) éternels Landerneau, Plabennec, Lesneven, Carhaix, Scaër, Landivisiau, Morlaix, Quimper... Sans oublier Guipavas, Moëlan, Gouesnou ou le Drennec. D'autres clubs dans le Cap Sizun, dans la vallée de l'Aulne, dans le pays des abers, le Léon ou le pays Bigouden poursuivent aussi leur joli bout de route. Sans oublier Brest, évidemment. Toutes nos excuses à ceux que nous n'aurions pas mentionné... Nous avions en tête de citer seulement deux ou trois clubs mais c'eut été tellement réducteur ! Voilà pourquoi, il ne faut certainement pas considérer que le Finistère est en 2016 un grand désert uniquement peuplé de quelques footballeurs et skippers. 

            Et voilà pourquoi il va aussi falloir se relever les manches pour dénicher, non pas un Président, mais une équipe complète et solidaire qui saura mettre de côté certaines querelles de clubs, certaines vieilles histoires pour avancer dans l'intérêt général de ce vélo du bout du monde. Ce n'est quand même pas une ou deux tempêtes qui vont stopper un tel navire ? Le Finistère possède des richesses qui, conjuguées, peuvent permettre de réaliser de très belles choses et de remplir nos écoles de vélo. Une nouvelle génération de dirigeants émerge; à elle de se mobiliser ! 

            Gurvan Musset

Annonces

Mentions légales | Designed by diateam | Powered by diasite